Avec une baisse de 20 à 30% du marché mondial en 2020, nous le savons tous, le secteur de l’automobile a clairement été affecté par la crise du coronavirus ces derniers mois.

C’est donc depuis une usine de Valeo du Pas-de-Calais que le Président de la République Française a annoncé un plan de soutien à la filière automobile ravagée par la crise sanitaire liée au COVID 19. Selon son projet de relève, des primes à l’achat ou à la conversion pour les véhicules électriques devront être accordées. C’est 8 milliards d’euros qui seront débloqués en 2 temps : relancer les ventes immédiatement et développer un projet sur le long terme venant aider à consolider le secteur de l’automobile.

Première possibilité, acheter une voiture hybride ou électrique rechargeable

Le Président a énoncé les différentes aides pour accélérer les ventes qui seront effectives du 1er Juin jusqu’à la fin de l’année :

  • «Prime de 7000 euros pour l’achat d’un véhicule électrique par des particulier» (contre 6000 euros l’an dernier)
  • «5000 euros pour les entreprises et les collectivités» (contre 3000 euros l’an dernier)
  • «2000 euros pour les véhicules hybrides rechargeables (dont l’autonomie est supérieure à 50 kilomètres) qui étaient jusqu’ici exclus des primes existantes»

Il a même expliqué que «pour les personnes qui vivent ou travaillent dans des zones à faibles émissions, la prime pourra être bonifiée.»

Seconde possibilité, profiter de la «prime à la conversion exceptionnelle»

«Les trois quarts des Français", ceux qui ont un "revenu fiscal inférieur à 18.000 euros nets", qui mettraient "au rebus [leur] véhicule polluant, diesel ou essence" pour acheter un "véhicule plus propre, neuf ou d'occasion" "diesel ou essence dernière génération, hybride ou électrique", auront une aide de 3.000 euros, "et même 5.000 euros s'il s'agit d'un véhicule électrique."

Un autre effort du gouvernement pour les ménages aux faibles revenus : les véhicules datant d’avant 2010 qui roulent à l’essence seront également éligible ce qui n’était pas le cas auparavant; ainsi que les véhicules diesel datant d’avant 2011.

Un autre point important est la volonté du gouvernement d’installer à hauteur de 100 000 bornes électriques d’ici la fin d’année 2021, ce qui était prévu pour 2022. Le financement de ce projet serait fait grâce à un fonds de mutualisation destiné aux copropriétés.

Enfin, les véhicules qui sont passés de thermique à l’électrique autrement appelés «retrofité» peuvent aussi bénéficier de la prime à la conversion.

Soutien aux entreprises

L’aide aux entreprise est également une priorité pour l’Etat. En effet, une volonté d’investir pour produire davantage en France a été prononcé surtout pour les véhicules électriques et hybrides. Il y aura donc 1 milliard d’euros alloués pour les entreprises; qui seront divisés en 3 parties :

  • 200 millions d’euros pour la modernisation des chaînes de production, l’utilisation massive de robots, le développement d’outils numériques et des innovations sur le plan écologique.
  • 150 millions d’euros pour la recherche et développement pour concevoir le véhicule du futur
  • 600 millions d’euros dans le but de créer un fonds d’investissement pour «intervenir en fonds propres sur l’ensemble des entreprises de la filière». L’Etat financera plus de 60% de ce projet à savoir 400 millions d’euros, et Renault et PSA verseront chacun 100 millions d’euros. L’objectif est aussi d’aider massivement les petites entreprises au bord de la faillite.

C'est donc un plan de relance fort et avec des mesures clés que propose le gouvernement ainsi que les constructeurs automobiles pour pallier à cette crique sanitaire inédite que nous vivons tous depuis maintenant plus de 10 semaines.