Contrairement à une idée reçue, il n'existe que très peu de pièces spécifiques à certains modèles de voitures.

Pièces détachées, pièces auto : faites des économies avec les équivalences.

 

D'une manière générale on retrouve même chez toutes les marques des éléments électriques, hydrauliques, esthétiques, communs à plusieurs voitures et même parfois à plusieurs marques.
Explications.

Elles n'en meurent pas toutes, mais toutes en sont frappées. S’imaginer que FERRARI fabrique des plaquettes de frein ou des démarreurs, relève du déni de croyance de réchauffement climatique. 

Petites ou grandes marques, récentes ou anciennes, il n'y a jamais eu autant de standardisation de pièces, d’équivalence de montage. Les plus grandes marques, même prestigieuses, ayant renoncées, depuis longtemps à concurrencer les équipementiers spécialisés. En matière de dynamo, d'alternateur et d'allumage par exemple, la marque Lucas est passée maître dans l'art de multiplier les références pour désigner un seul et même modèle. Brouillage de piste ou désorganisation, il est donc possible, parfois, de remplacer une dynamo de Jaguar par une dynamo de Mini, des vis platinées de Triumph par un jeu de contacts de Rolls. Et inversement. A chaque apprenti sorcier de vérifier très précisément les formes, les ampérages, les polarités, les bobinages et les puissances. Inutile de préciser qu'un Delco de Rolls va couter plus cher qu'une bobine de Mini. Même si c’est la même. Mais que la pose d'un mauvais modèle représentera un risque évident que chacun jaugera avant toute tentative d'adaptation par l'intérêt de l'économie réalisée. 

En matière de compatibilité et de correspondance, on peut dire que les anglais sont les rois. Grâce (ou à cause) de la création d'une immense banque de pièces en 1960, renforcée par la nationalisation de l'industrie automobile anglaise dans les années 70. Et ceci jusque dans les années 80. Merci la BMC (British Motor Corporation) à ne pas confondre avec les BMC français même si il y aurait "comme une cousinage"  (« bordels militaires de campagne » qui firent la joie des biffins de 1914 à la guerre d'Algérie). 

On retrouve donc par exemple les mêmes commodos de clignotants Lucas entre 1960 et jusqu'à 1980 sur : 

- les Austin Mini, Range et Land Rover, Moris Minor, MG de tous poils, Triumph, Jaguar, Rover, Lotus, Jensen, TVR, Marcos, Alvis et même Aston Martin (La DBS 6 et 8 cylindres, récupérant jusqu'aux clenches d’ouvertures des portes intérieures en plastique gaufré des Morris, les clignotants avants des TR6. Les Aston Virage des années 90, les feux arrières des Sirocco VW  et les feux avant d’Audi 100 !)

Idem pour les interrupteurs: 

Exemple:  inter d'overdrive MGB = inter Jaguar Type E série 1 = inter MK2. Basculeurs type E série 2 = basculeurs Xj6 Série 2, type S,  420, etc. 

Allumes cigares, boutons de condamnation centrale, voyants de frein à main, de starter moteur, inter de vitre électrique, c’est la foire aux mélanges. La palme revenant dans la standardisation à la centrale clignotante. Le bilame Lucas, comme on l'appelle, ayant été monté sur des dizaines de modèles différents avec la réputation navrante qu'on lui connait. Un coup ça marche un coup ça ne marche pas. Quand les cligno ne restent pas allumés en continu avant de monter en température. 

Cette "standardisation" générale est parfois entachée par quelques incongruités dues à de curieuses associations pour l'export ou la construction sous licence. les optiques "seals" qui intègrent d'un bloc les ampoules et les glaces de phare sont souvent de marque Philips pour les modèles US 1950 - 60. 

Sur les Innocenti (1001, 1300 Cooper) impossible de mettre autre chose que des optiques Carello à cause notamment des enjoliveurs chromés plus épais que sur les Mini anglaises. Idem pour les compteurs ou Smith est remplacé par Véglia ou Jaeger. En revanche, pour les essuies glace tout va sur tout! Ou quasiment. Ne parlons pas des carburateurs ou les SU règnent sans partage sur la production anglaise de 1950 à 1990. Laissant quelques rares prises de guerre aux Zénith Stromberg. On trouve des similitudes de pose SU de la Mini 850 à la Bentley Turbo! Il n'est d'ailleurs pas rare que quelques petits malins équipent leur "early Mini" avec un HD8 de Jaguar Type E ou un HIF 38 ou 42 de Mini Metro. Mais carburateurs, maîtres cylindre de frein/embrayage disques mécanismes et butées feront l'objet d'une prochain article. Un seul conseil pour conclure, lorsque vous cherchez une pièce, consultez les banques de données fantastiques que constituent les marchands spécialisés qui proposent parfois des dizaines d'équivalences.   

Vous découvrirez que Les FERRARI des années 1980 ont une monte d'alternateur Delco Remy (entre autre) et qu'un alternateur de Chevrolet avec quelques petites modif ridicules peut monter sur une  F 328 pour près de 8 fois moins cher que le prix d'occasion! Que les courroies de distribution des V12 italiens sont fabriquées en Corée et qu’elles ont une « date de fraicheur ». Qu'on peut faire refaire un disque d'embrayage de Maserati pour 70 euros, un maître-cylindre de jaguar pour 5 euros et trouver chez Alfa Romeo des pièces de boite et d'embrayage de Maserati à moindre coût. Bonne pêche. 

 

 Roland Borghini